Rasputitsa, une course de gravel bike légendaire

Fondée en 2014 par Anthony Moccia et Heidi Myers, Rasputitsa est une course de gravel bike dans le coin de Burke au Vermont. Si Burke vous sonne une cloche, c’est que Kingdom Trails, le réputé sentier de vélo de montagne, s’y retrouve. L’endroit est un véritable hub du cyclisme! 

Qu’est-ce que Rasputitsa?

La Rasputitsa désigne la période de l’année durant laquelle la fonte des neiges du printemps transforme les champs en mer de boue, un phénomène qui affecte aussi grandement les routes non asphaltées. Vous vous rappelez dans vos livres d’histoire des soldats pris dans la boue pendant la 2e guerre mondiale… Ben c’est ça! Donc, en gros, on a droit à une course de gravel bike en plein dégel, la dernière fin de semaine d’avril. Bien que ce soit le printemps, les conditions sont très difficiles, comme les sols sont boueux et mous, un défi pour quiconque.

Rasputitsa Dirt, Vermont
Crédit photo : RASPUTITSA & MEG MCMAHON

Outre ces conditions de la surface, la course est difficile pour plusieurs aspects. D’abord, il n’est pas rare qu’il fasse très froid, le mercure frôlant le point de congélation ou, encore, que des intempéries telles que la pluie ou la neige soient au rendez-vous lors de cette course, la rendant encore plus cauchemardesque.

Ensuite le tracé n’est pas tendre et arrive tôt dans l’année, alors que le volume du cycliste moyen est assez bas. Ce dernier change d’année en année, mais la distance et l’élévation reste constante. Au menu, Rasputitsa a trois distances à vous offrir : 100 KM (2 200 M D+), 70 KM (1600 M D+) et 40 KM (800 M D+). Les organisateurs font des itinéraires majoritairement non asphaltés, avec, en moyenne (selon Ride With GPS), 80% hors route et 20% sur routes pavées.

C’est un défi chaque année et c’est ce qui rend la chose extrêmement motivante et gratifiante, que l’on veuille faire une performance ou simplement compléter le tracé.

La course est non seulement légendaire, une classique printanière nord-américaine, elle a aussi des missions communautaire et caritative. C’est une course qui se veut rassembleuse. Réel vecteur de changement dans l’industrie du cyclisme, la course est l’une des plus inclusives : tous les cyclistes et tous les vélos sont les bienvenus.

De leur propre aveu, les organisateurs ne sont pas très bons en affaires. Ce sont des gens de passion et non de business, offrant des inscriptions aux cyclistes ne pouvant pas s’offrir le coût d’entrée, faisant place aux artistes ou artisans locaux, s’alliant avec des commanditaires partageant leurs valeurs plutôt qu’aller avec le plus offrant. L’événement est authentique et purement grassroot.

Encore selon les organisateurs, bien que Rasputitsa soit un événement difficile, cela reste un événement très accessible pour tous, que l’on cherche à gagner, bien performer ou simplement terminer, la motivation des coureurs importe peu, l’important est de se dépasser à sa manière, une forme d’inclusivité propre au gravel bike.

Bref, j’y serai pour la prochaine édition et je vous partagerai mes impressions et d’ici là, n’hésitez pas à écouter le podcast que j’ai fait avec Heidi Myers, l’une des cofondatrices de Rasputitsa, afin d’en savoir plus sur l’événement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s