Les essentiels afin de rouler à vélo l’hiver

Depuis 2015 je roule à vélo l’hiver (fat bike) et depuis 2018, je me déplace à vélo en ville, l’hiver. Au cours des années, j’ai appris de nombreuses leçons et transformé mes apprentissages en opportunités. Plusieurs erreurs que j’ai commises auraient pu être prévenues grâce à du matériel, le bon matériel.
Il est à noter que dans le monde du vélo, ce qui convient à pitou, ne convient pas à minou et que, par conséquent, ce n’est pas parce qu’un produit est optimal ou une façon de faire est idéale dans ma pratique cycliste qu’elle le sera dans la vôtre, mais j’aime partager mon expérience et si nous avons une pratique similaire, il est possible que ma façon de faire vous convienne.

Disclaimer: je suis un cycliste sur route l’été, j’aime le lycra, aller vite et les vélos légers, suivant cette logique, vous verrez que ma pratique estivale influence grandement ma pratique hivernale.

10 essentiels pour faire du vélo l’hiver.

Lumières, afin de voir et être vu

L’hiver venu j’opte pour des lumières ayant une plus grande autonomie en énergétique et plus de lumens. L’idée est de ne pas me retrouver sans lumières sur la route une fois la nuit tombée (et on sait que ça tombe tôt). J’essaie aussi d’avoir des lumières plus fortes afin de signaler ma présence, comme on est moins nombreux l’hiver, plusieurs automobilistes oublient que les cyclistes existent et prêtent moins attention. Je m’assure donc d’avoir TOUTE leur attention. 

Pneus à clous, afin d’éviter les chutes

Le sujet divise autant que le but d’Alain Côté, mais après une vilaine chute à 35 km/h en 2020, mon pneu avant (un pneu de gravel semi-slick) a décidé de foutre le camp sur une plaque de glace, j’ai décidé de m’équiper en grand avec non pas un, mais deux pneus à clou et depuis, je ne brise aucun de mes records sur Strava (la résistance offerte est hallucinante), mais je reste debout, peu importe la surface sur laquelle je roule. Il est recommandé d’avoir au moins un pneu clouté en avant. J’en ai deux, comme on m’en a donné deux.

Pneu à clous Schwalbe Winter
Pneu à clous Schwalbe Winter

De bons gants, afin de ne pas geler des mains

L’histoire de ma vie, avoir froid aux mains. J’ai testé une foule de gants, mais, à ce jour, les mitaines de type homard sont, de loin, les meilleures que j’ai eues. Mes doigts se gardent au chaud entre eux et la division 2X2 de mes doigts me laisse une certaine agilité. De plus, en prenant des gants conçus pour les vélos, ces derniers seront imperméables, coupe-vent et reflètent la lumière.


Tuque en laine de mérinos, afin de gérer l’humidité et rester au chaud

La laine de mérinos est une fibre miraculeuse (voici ses bienfaits). Rouler l’hiver vient avec son lot de défis et la gestion de la chaleur en est un: ne pas avoir trop chaud et suer pour ne pas avoir trop froid. Comme je ne porte pas de casque de ski (le casque n’étant pas conçu pour des impacts à vélo), je porte un casque de vélo régulier auquel j’ajoute une fine tuque en laine de mérinos, la Giro Seasonal Merino, pour ne pas la nommer.


Lubrification, afin d’avoir un roulement toujours exemplaire

Comme l’été, il faut lubrifier. Le hic : les conditions humides font très rapidement disparaître certains lubrifiants. Un lubrifiant dit wet ou 365, qui a une plus grande viscosité et qui n’a pas tendance à se faire laver dans les conditions humides sera un grand atout l’hiver venu.


Garde-boue, afin de rester au sec

J’ai parlé des conditions humides : neige, eau, slush, boue. Si vous voulez rester au sec et au propre, protégez-vous en ajoutant des garde-boue.


Vêtements imperméables et coupe-vent, afin de combattre les éléments

Bien que les garde-boue vont vous protéger, nous ne sommes jamais à l’abri des éléments et par conséquent, protégez-vous de l’humidité et du vent. J’utilise personnellement des cuissards de vélo d’hiver par temps sec et des pantalons de ski de fond par temps plus humide. Les deux ont des panneaux stratégiquement placés afin de me protéger du vent et de l’eau tout en ayant une très grande respirabilité, parce que ça peut sembler con, mais même à -15, j’ai chaud en vélo.

Vélo d'hiver

Chaussures, afin de ne pas geler des pieds

Outre la tête et les mains, les pieds sont la troisième extrémité qui peut perdre de la chaleur et surtout subir des engelures. Par conséquent, il faut les protéger.
Comme je roule clippé, pendant des années, j’opte pour des bottes de fat bike lors de grands froids ou de conditions extrêmes, mais lors de conditions plus clémentes, afin de jouir d’une plus grande flexibilité j’optais pour des chaussures avec couvre-chaussures. Le hic, c’est que c’est plutôt compliqué et il y a des limites à rouler avec des couvre-chaussures. J’ai récemment eu une paire de chaussures conçues pour l’hiver et c’est un gros gamechanger pour moi.

Lunettes, afin de protéger ses yeux

Les débris sont archi présents sur la route et il m’est arrivé à quelques reprises de rouler l’hiver et avoir de la slush, des poussières, des roches ou du sable, bref un débris dans un oeil et il est impératif de rouler avec des lunettes.
Comme il fait nuit très tôt, j’ai opté pour des lunettes transparentes dans le but de ne pas nuire à ma visibilité à mon retour.

Bac d’égouttage, afin de protéger ses planchers

Si vous laissez votre vélo dehors, il risque d’être endommagé lors des opérations de déneigement ou risque de voir son espérance de vie grandement diminuée par les éléments. Par contre, si vous le rentrez à l’intérieur, c’est votre plancher qui risque d’en prendre pour son rhume chaque fois que votre monture dégèle. Par conséquent, un bac d’égouttage, similaire à ceux pour les bottes, est un élément essentiel dans la maison ou le garage. Ce dernier recueille les eaux usées et les débris lorsque le vélo est bien au chaud après une sortie.

Bref, je suis curieux de savoir quels sont vos essentiels et pourquoi vous ne pouvez vous en séparer?

Une réflexion sur “Les essentiels afin de rouler à vélo l’hiver

  1. Merci des conseils j’en prend note, le problème des doigt et les pieds gelés je l’ai aussi. L’année dernière j’ai acheté des gants et des bottes Blivet. Les gants c’est zéro, je les porte l’automne avant les sous zéro et ce n’est pas suffisant. Le gant qu’ils ont mis à l’intérieur semble être en coton ça ne donne aucune protection contre le froid. Les bottes, telles qu’ils les vendent ne sont pas non plus très chaude, j’ai ajouté une semelle de feutre, de cette façon elles sont un peu plus efficace, mais il ne faut pas penser que c’est parfait. Pour la tête j’ai un casque Garneau que je porte avec une protection en tissu 78% Nylon, 12% Polyester, 10% Pandex. C’est suffisant parce que le casque est assez chaud. Je porte des pantalons de ski de fond normalement, mais cette année je veux m’acheter un pantalon de ski comme tu portes sur la photo. Comme je fais que du Fat Bike je n’ai pas de pneus à crampons, les pistes sont rarement glacée et si il y a de la glace je descend quand je ne suis pas certain de passer sans glisser, voilà pour mon équipement. Bon hiver !!!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s