Pourquoi les cyclistes aiment tant la laine de mérinos?

Lors de la création d’un tissu technique qui optimise les performances athlétiques, les développeurs et designers ont une liste de qualités essentielles qu’ils cherchent à obtenir : antimicrobien pour résister aux odeurs associées à la sueur, respirant pour permettre à l’humidité de s’échapper, isolant pour empêcher les éléments d’affecter le travail des muscles et doux pour éviter toute irritation inhibant les performances. Tous les textiles destinés à un usage sportif doivent avoir ces attributs à un certain niveau. 

La  petite histoire de la laine de mérinos

La laine mérinos, l’une des laines les plus douces et les plus fines, possède naturellement toutes sortes de qualités. Depuis près le 12e siècle, en Espagne, on confectionne des vêtements en laine de mérinos, mais ce n’est qu’au 18e siècle, avec le développement d’une souche australienne de mérinos, que la fibre prendra réellement son envol et connaîtra une popularité. Bien que la laine fasse partie de la longue tradition cycliste, lors de l’âge d’or du cyclisme tous les maillots étaient conçus en laine, mais ce n’était pas de la fibre de mérinos. Il faudra attendre la montée en popularité et l’adoption massive du lycra pour voir l’adoption massive de la laine de mérinos par les cyclistes. C’est effectivement au tournant des années 90 que l’on reconnaît enfin la gestion supérieure de l’humidité, les propriétés isolantes et la capacité de thermorégulation de la laine mérinos, restées méconnues en dehors des communautés alpinistes.

Pourquoi les cyclistes aiment la laine de mérinos?

La gestion de l’humidité – La laine de mérinos a une capacité de gestion de l’humidité hors du commun. Alors que la plupart des matériaux sont humides après avoir absorbé environ 7 % de leur poids en eau, la laine de mérinos peut prendre environ 35 % de son propre poids avant d’être aussi humide. 

Une fraîcheur inégalée – La laine de mérinos n’absorbe pas seulement l’humidité, ses fibres fines l’éloignent de votre peau et l’aident à s’évaporer, rafraîchissant  son propriétaire lorsqu’il a chaud et gardant au chaud lorsqu’il fait frais.

Résistance aux odeurs – Comme toutes les laines, le mérinos contiennent de la lanoline, un type de cire utilisée dans les lubrifiants et les revêtements, elle est naturellement sécrétée par les follicules pileux du mouton et fournit ainsi un certain degré d’imperméabilisation et de protection contre les bactéries qui créent les mauvaises odeurs. De plus, puisque la laine mérinos gère si bien l’humidité, il n’y a pas d’environnement humide pour la croissance de bactéries malodorantes.

Isolation supérieure – Les fibres denses de la laine de mérinos emprisonnent efficacement de minuscules chambres d’air. Celles-ci peuvent alors stocker la chaleur corporelle, permettant de mieux isoler la chaleur et atténuer ainsi les changements soudains de température.

Bref, je n’ai pas laissé derrière moi tous mes kits de lycra, mais je dois avouer que depuis quelques années déjà, je porte la laine de mérinos lors de t-shirt rides, de sorties en bikepacking ou alors lors d’expéditions relax en couple ou en famille. Dès que je mélange style de vie et cyclisme, je suis habillé de mérinos. L’essayer, c’est l’adopter!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s