4 faits qui décrivent bien la vie d’un messager à vélo

Photos : Gophrette Power 

On a parlé à Sébastien, un vétéran messager à vélo qui a 13 ans d’expérience derrière la cravate (de 1997 à 2004 et de 2014 à ce jour) et qui parcourt entre 250 et 300 kilomètres par semaine l’hiver et 350 à 450 kilomètres par semaine l’été.

Pour ceux qui se le demandent, si tout se fait en fixed gear, il fait tout son millage sur un vélo de cyclocross, un Devinci Tosca pour être lus précis, avec des pneus 700 x 33.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas travailleur autonome pour une agence de livraison ou pour une application de livraison de nourriture, mais plutôt l’employé une banque ayant de fréquents besoins de livraisons.

Vu sont expérience, nus lui avons demandé de nous décrire la vie d’un messager à vélo avec des faits et anecdotes.

1- Il y a parfois des livraisons de paquets louches à des destinataires étranges

Il y a quelques années, notre messager a livré un paquet provenant d’un grand cabinet d’avocats à une personne dans sa voiture, dans un stationnement du Vieux-Montréal.

2- Il y a des incidents sur la route…

Aussi étrange soit-il, de son propre aveu, il n’a jamais eu d’incident avec d’autres usagers de la route, à part quelques petits accrochages, mais rien de bien grave. Par contre, les histoires sont nombreuses et on peut trouver sur YouTube une vidéo d’un “combat” entre un messager montréalais et un chauffeur de taxi.

Avec les années et l’expérience, Sébastien a appris à être très zen face aux périls de la route, bien qu’il avoue s’emporter quelques fois en sacrant contre tout et rien. Comme tout le monde, quoi?

3- Les envois se font beau temps, mauvais temps

Il nous fait part que les pires journées sont en novembre, quand le froid s’installe, qu’il pleut et qu’il y a du verglas, nous mentionnant que c’est atroce d’être sous la pluie à 2 ou 3° pendant 7 ou 8 heures. Il n’y a aucun bas, manteau imperméable ou couvre-chaussures qui résistent à une journée complète sous la pluie.

4- La communauté est un gros aspect de la vie de messagers

La communauté des messagers à vélo est tissée hyper serrée. Il y a énormément de solidarité entre collègues et un paquet d’événements sont organisés tout au long de l’année afin de rapprocher la communauté, que ce soit des courses, des Chili Nights, des événements d’échanges de vélo, pièces ou vêtements ou simplement prendre une bière ensemble après le travail.

la vie d’un messager à vélo
Crédit photo : Gophrette Power

D’un point de vue plus structuré et à plus grande échelle, il y a 3 grands championnats qui ont lieu chaque année: ECMC (European Cycle Messenger Championships), NACCC (North American Cycle Courrier Championships & CMWC (Cycle Messenger World Championships), dont Montréal a été l’hôte de la 25e édition en août 2017. Cette camaraderie internationale facilite les échanges. Avec les contacts créés, il est possible d’aller travailler un peu n’importe où dans le monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s