Où en sont les promesses électorales cyclistes de Projet Montréal?

Récemment, nous avons eu la chance d’avoir un peu de temps avec Marianne Giguère, conseillère associée au comité exécutif – transports actifs et développement durable, afin de parler de l’évolution et des échéanciers des promesses en lien avec le transport à vélo de Valérie Plante et de Projet Montréal.

valérie plante, projet montréal, à vélo
valérie plante, projet montréal, à vélo

À priori, nos questions étaient simples : quels étaient les échéanciers au bout d’un an à mi-mandat (2 ans) et à la fin d’un premier mandat (4 ans)? Clairement, notre compréhension de la machine politique et de la Ville de Montréal était incomplète… En politique, ce n’est pas aussi simple que l’on voudrait de répondre à ces questions. C’est extrêmement poliment que Marianne nous a fait comprendre le système et les étapes pour réaliser des promesses.

Lors de ses explications, elle a commencé par nous rappeler la vision de Projet Montréal, versus celle de ses prédécesseurs. Avant, ça fonctionnait ainsi : il fallait ajouter des kilomètres chaque année, 50 pour être plus précis. On regardait ce qui était projeté sur une carte et on exécutait des projets basés sur la faisabilité, ne priorisant pas les tracés les plus utiles pour les cyclistes, mais rencontrant les quotas. Projet Montréal, veut ajouter cyclistes sur les routes et leur offrir des infrastructures utiles à la pratique du sport et du transport actif. Cela ne passe pas exclusivement par l’ajout de pistes cyclables, mais aussi par ajouter des stationnements à vélos, des Bixi : une porte d’entrée vers l’adoption du vélo, l’éducation au moyen de transport et travailler de concert avec les autorités compétentes à réduire ou contrer le vol de vélo. Enfin, Projet Montréal compte aussi travailler sur l’équité : offrir aux différentes populations, à travers la ville, les outils pour rouler : avoir plus de diversité dans la communauté cycliste, pas seulement des MAMILs à vélo. Pour ce faire, par exemple, ils comptent désenclaver certains quartiers comme Saint-Michel ou Parc-Extension.

Pour ce qui est d’étendre le réseau cyclable, à court terme, il y a des projets de l’ancienne administration dans les cartons, mais élaborer un projet de A à Z est plus compliqué que l’on pourrait penser. Tout d’abord, il faut un an et demi pour planifier : voir la faisabilité avec les différentes ressources (voirie, aqueduc, la STM, SDC, etc.). Par la suite, il faut aller en appel d’offres, puis, s’il y a des soumissionnaires dans le budget, il faut exécuter, sinon, il faut attendre un autre six mois pour retourner en appel d’offres.
Pour faciliter la création de pistes cyclables, une des idées de Projet Montréal est entre autres de réformer la façon dont les divers acteurs se parlent afin de favoriser la communication et repenser l’aménagement lorsqu’une rue est faite. Par exemple, des services, comme l’aqueduc, refont les rues, sans piste. L’idée serait de négocier entre services, lorsqu’il y a des travaux de réfection majeurs.
Réseau express vélo Projet Montréal
Pour ce qui est du tant attendu Réseau express vélo, de sept lignes à travers la ville, décrit, par plusieurs, comme des autoroutes à vélo, c’est toujours dans les cartons et ça se réalisera, nous a-t-on confirmé. Présentement, l’équipe travaille à identifier les axes. Le nerf de la guerre est de planifier intelligemment afin de couper une fonction (STM, les automobilistes, stationnement) de façon intelligente, afin de limiter les effets et ne pas créer une pression ou des répercussions sur tout un quartier. C’est un processus qui peut être long, comme on nous l’a expliqué précédemment. Il faut aussi changer les paradigmes et faire de l’éducation sur les avantages du transport actif. Parce qu’on a pu le voir avec l’annonce de la fermeture du transit sur le Mont-Royal, même si on croit que c’est ce qu’il faut faire et que c’est la bonne chose, il faut faire de l’éducation auprès des usagers directement touchés avant de faire une annonce pour éviter les levées de boucliers.
En conclusion, ce que l’on retient de notre rencontre, c’est qu’il faut bien planifier pour créer des pistes cyclables qui sont plus que de la simple peinture sur l’asphalte. Bref, de ce que l’on comprend, le Réseau express vélo arrivera, mais ce ne sera pas garroché, ce sera une promesse qui sera bien exécutée et ce sera un lègue qui durera dans le temps. Ce n’est pas magique. Il faudra faire preuve d’un peu de patience.

 

Advertisements

2 réflexions sur “Où en sont les promesses électorales cyclistes de Projet Montréal?

  1. «Il faut changer de paradigme», c’est l’excuse parfaite de Projet Montréal pour dire qu’ils ne pourront pas réaliser ce qu’ils ont promis. On connaît la chanson!

  2. Heureusement que nous avons la possibilité de congédier nos élus aux quatre ans comme nous l’avons fait en 2017.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s