Trucs et astuces pour le gravel bike

À certains temps de l’année, on veut changer le mal de place et essayer de nouvelles disciplines. Que ce soit le cyclocross ou, comme plusieurs l’on récemment adopté : le gravel bike.

Avant de vous lancer sur les routes de gravier, que ce soit sur un vélo de route ou sur un gravel bike, vous devez adapter votre conduite à cette nouvelle surface. C’est glissant, la surface n’a pas toujours la même densité (dureté) et ce n’est pas aussi plat et lisse que l’asphalte. Sans avoir besoin d’une technique aussi poussée que celle du vélo de montagne, vous devez développer de nouvelles compétences afin d’éviter d’aller au sol. Voici quelques conseils de conduite et d’équipement à prendre en compte avant que les choses ne se gâtent.

Grimper
L’ascension sur la terre battue crée plus de friction et est donc plus lente que sur la route. Comme aucun ingénieur ni aucune équipe de construction n’a travaillé sur les chemins que vous parcourez dans la nature, les dénivelés peuvent soudainement augmenter. Regardez au loin, anticipez ce qui arrivera, surtout si des lacets vous attendent.

Gardez une partie de votre poids au niveau de la selle et ne mettez pas trop de pression sur votre guidon afin d’éviter de « spinner dans le beurre ». Quand vous vous levez, faites-le doucement. Évitez les accélérations rapides. Enfin, changez les vitesses en douceur. Tous ces trucs vous permettront de garder la traction et d’éviter les dérapages. Rappelez-vous que l’adhérence des pneus peut varier beaucoup selon le pourcentage de la pente ainsi que la surface que vous parcourez, alors pédalez de façon douce et légère.

Descendre
À moins que le chemin que vous empruntez ne soit très bien tapé, levez-vous sur les pédales et gardez votre poids légèrement en arrière, avec les bras et les jambes légèrement fléchis pour absorber les chocs, les bosses et permettre au vélo de rebondir. Il est essentiel de toujours garder une prise ferme votre guidon.

Prévoyez au moins deux fois la distance de freinage dont vous avez habituellement besoin sur route. Et ne freinez jamais en tournant afin d’éviter de déraper.

Gardez vos distances avec les autres cyclistes et ne suivez pas nécessairement leurs lignes de près.

Tourner
Les lignes agressives que vous suivez sur asphalte lors de course sont rarement une option sur les chemins de terre battue ou de gravier, car l’usure, le temps et l’érosion réduisent la qualité du terrain, créant : vallons, trous, crevasses, bosses et faisant ressortir les débris de toutes sortes… Bref, tout ce qui pourrait être dangereux à grande vitesse. Recherchez plutôt l’option la plus sûre et la plus fluide lorsque vous devez tourner.

Appliquez les principes de base d’un virage: entrée, apex et sortie et apprenez à connaître la limite d’adhérence de votre vélo. Évitez de trop pousser vos limites si vous voulez éviter les chutes.

Bref, quels sont vos trucs? Comment adaptez-vous votre façon de rouler au chemin de gravier et aux sentiers?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s