Est-ce que le cyclisme m’a rendu asocial?

Le cyclisme peut être une activité, un sport, un moyen de transport, mais peur aussi rapidement se transformer en passion ou même en obsession. On finit rapidement par se retrouver isolé, entouré d’autres passionnés, dépenser tout son argent dans cette industrie et surtout avoir ça en tête 24 heures sur 24. Est-ce malsain?

Voici cinq conséquences qui me font croire que le cyclisme m’a rendu asocial.

1- Rouler prend du temps, spécialement en route. Après dormir et travailler, le cyclisme est la troisième activité en importance dans ma vie. Je passe plusieurs heures par semaine et un haut pourcentage de mon temps libre est dédié au cyclisme que ce soit via le blogue, me renseigner sur une foule de sujets en lien avec le vélo ou simplement être en selle .

2- Aux yeux des gens, c’est le seul sujet qui m’intéresse. Mes amis (non-cyclistes), ma famille, mes collègues me parlent de vélo dès qu’ils en ont l’occasion, comme si c’était l’épicentre de ma vie (OK, ce l’est à un certain point). Chaque fois que je reçois un cadeau, c’est en lien avec le cyclisme : une chemise avec des petits vélos imprimés, un décapsuleur en forme de vélo des affiches et j’en passe.

3- Mes rencontres avec les amis qui ne sont pas cyclistes ont été fortement affectées par cette nouvelle passion, comme je passe beaucoup de temps sur le vélo que mes sorties sont généralement sur l’heure du brunch et du dîner et que la fatigue peut s’installer rapidement en soirée ce qui fait que je manque une tonne d’opportunités de voir mes proches ou d’avoir de grosses et longues soirées.

4- Je ne suis pas menteur, mais il m’est arrivé quelques fois de minimiser les distances empruntées et le temps nécessaire avant de revenir à la maison afin de pouvoir sortir entre deux obligations ou engagements.

5- Presque toutes mes dépenses sont reliées au vélo. J’ai acheté plusieurs vélos, je fais des voyages, j’achète de l’équipement, je m’inscris à des événements et courses, j’entretiens mon vélo, j’ai même acheté un condo avec garage privé afin de pouvoir entreposer tout ce que je possède en lien avec le vélo. Bref, cette passion me coûte plus cher que fumer un paquet de cigarettes par jour!

D’un autre côté, il y a beaucoup plus de bénéfices que d’inconvénient à la pratique cycliste. Le transport ne me coûte presque plus rien comme je me déplace quasi uniquement à vélo. Je n’ai jamais été aussi en forme. Je fais toujours  beaucoup plus que le minimum d’exercice physique recommandé. Je mange bien, je bois peu et je ne fume pas pour rester au top de ma forme. J’ai un nouveau cercle d’amis et connaissances. Des défis motivants m’attendent. J’ai un exutoire au travail et au stress de la vie quotidienne. Finalement, il y a plus de positif que de négatif…

Une réflexion sur “Est-ce que le cyclisme m’a rendu asocial?

  1. Je crois avoir vécu cela aussi
    Maintenant je recherche les gens ..des amis ..etc
    Je suis divorcé et le travail prenait beaucoup de mon temps
    Le weekend j’avais hâte de faire 100 km seul le samedi ou le dimanche matin

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s